Conseil de vigilance

LIMINAIRE
L’établissement scolaire est un lieu de vie et d’apprentissage du vivre ensemble. Le règlement intérieur ne peut s’appliquer de manière automatique comme dans le lycée napoléonien. Une dérive de comportement doit être un moment de parole avec le jeune pour l’amener à expliquer ses actes et à prendre conscience de ses responsabilités.

MODALITÉS
Dés la fin du mois de septembre les équipes pédagogiques se réunissent avec les responsables de la vie scolaire pour repérer les élèves qui ont des problèmes tant dans le travail que dans le comportement. Liste en est dressée et un suivi « de loin » est mis en place.
Les cas semblant sérieux sont invités à un Conseil de Vigilance

COMPOSTION DU CONSEIL DE VIGILANCE
Chaque fois que possible le chef d’établissement ou son représentant
Deux ou trois personnes mais jamais des personnes étant en difficulté avec l’élève concerné
(selon le principe que l’on ne peut être juge et partie)

Déroulement du Conseil de Vigilance

La venue de l’élève se fait à partir de manques constatés. Ce constat est porté à la connaissance de l’élève de manière neutre : «  Voici ce que nous avons constaté »
Puis deux questions seulement sont posées : pourquoi et pour quoi (Raison et but)
L’objectif principal est d’amener le jeune à verbaliser sur son comportement. Il peut aussi ne pas reconnaître les faits mais il donne ses explications.
Ce n’est pas un tribunal, tout l’art des adultes est de faire comprendre au jeune qu’ils sont là pour l’entendre, l’écouter et comprendre.
Nous mettons en application la description du logo enseignement catholique breton «  Un regard bienveillant, une écoute attentive… »
Plus tard, si besoin est, la troisième phase du logo « Une parole forte » sera mise en œuvre s’il apparaît nécessaire de bien marquer les limites par rapport aux repères donnés dans l’établissement.

Suite du Conseil de Vigilance
Un compte-rendu écrit simple portant mention des faits reprochés, des réponses de l’élève et d’une synthèse des adultes est obligatoirement envoyé à la famille qui en accuse réception. CE document est obligatoirement signé du Chef d’Etablissement.

Lien avec les Conseils de Classes
Lors du Conseil de Classe en fin du premier trimestre, les élèves qui ont relevé du Conseil de Vigilance sont examinés en premier. Dans le cas (fréquent) où des progrès ont été réalisés une notification officielle en est faite à l’élève.

Le Conseil de Vigilance dans le quotidien
Tout au long de l’année, à partir des fiches de suivi existant dans l’établissement, les responsables, de leur propre initiative ou sur demande des enseignants, ont recours au Conseil de Vigilance comme première phase de dialogue avec l’élève.

En effet il nous apparaît capital dans un premier temps d’entendre et de comprendre. Par ce système ( en vigueur depuis quatre ans maintenant ) nous nous donnons l’obligation de ne pas réagir à chaud mais d’anticiper sur des dérapages possibles.
La première conséquence est que le jeune ne se sentant pas « accusé, jugé » adopte une attitude plus coopérante lors de l’entretien. Bien sûr, il convient de nuancer selon la personnalité de chacun. C’est la menée du dialogue par les adultes qui est fondamentale, certains sont plus aptes que d’autres à créer le climat propice.

Dans tous les cas il s’agit de favoriser la prise de parole

  • Du jeune : «  Voilà pourquoi et pour quoi »
  • De l’adulte « Voilà ce que nous en pensons et les conséquences »

Nous affirmons que ce premier stade de concertation peut seul amener une prise de conscience réelle chez les élèves. Même l’élève fautif se sent « respecté » dans une telle procédure.

Cela étant …

Entendre et comprendre ne veut pas dire accepter et se contenter de promesses.
Les adultes, garants des conditions de la vie en communauté, ont une parole forte à faire entendre. Le Conseil de Vigilance ne supprime pas la prise de sanctions et le cas échéant la convocation d’un Conseil de Discipline.
Il permet toutefois d’aller jusqu’au bout d’un processus disciplinaire sans tensions et animosités particulières. En ce sens il permet un rappel du règlement, des repères, des normes dans une démarche réellement éducative.

Il est évident que le Conseil de Vigilance implique que :

  • Le Code de Vie soit construit totalement dans un esprit éducatif ( éviter telle faute entraîne telle punition mais au contraire des articles traités de manière suffisamment ouverte pour permettre un dialogue futur )
  • Les personnes appelées à intervenir doivent avoir une posture d’esprit suffisamment ouverte tout en étant intransigeantes sur les repères.